La capitulation de la gauche est complète

À l'ombre des majorités silencieuses

Le politologue Adolph Reed Jr. parle de la disparition de la gauche:

C’est partout pareil. Que ce soit les démocrates américains, les néo-démocrates canadiens ou les péquistes québécois, la supposée «gauche» ignore les inquiétudes de son public cible et choisit plutôt de rassurer les riches et les multinationales. Pour être prise au sérieux, la gauche officielle fait sans cesse des concessions à la droite. On ne voit jamais la droite faire de pareilles concessions. Quand, par exemple, la droite se met-elle à genoux pour rassurer les syndicats comme le fait systématiquement la «gauche» avec le patronat? Ou prenons le NPD, pour qui une récente «modernisation» du parti avait pour but de rassurer des gens qui, de toute façon, ne voteront jamais pour le NPD.

C’est évident. Depuis quelques décennies, le cadre du discours acceptable glisse chaque année un peu plus vers la droite. Au printemps 2012, par exemple…

View original post 217 more words

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: